Recherche

L’activité Recherche de l’association est pilotée par une équipe de direction épaulée par un conseil de suivi scientifique, une unité administrative et une unité de communication/valorisation.

Elle se déploie selon 3 axes principaux, modèles innovants d’organisation de soin :

  • éthique de soin,
  • biomédecine,
  • singularité du vivant.

Voici l’organigramme Recherche de l’association, et les premiers projets de recherche engagés.

Organigramme Recherche – Humain au Coeur du Soin (2022)


Gaïa: améliorer le vécu de l’accouchement

L’expérience de l’accouchement est « un concept multidimensionnel, dans lequel la douleur, le stress, la tristesse, le bonheur et la joie sont vécus ensemble » (Aktas et Aydın 2019). Après une phase de stabilisation des techniques obstétricales sécurisant l’accouchement (1980-2010), on s’intéresse finalement depuis peu de temps à l’expérience subjective des femmes… pour s’apercevoir qu’elle est en décalage avec leurs attentes, et vécue comme une dépossession, et source de frustration (Charrier, 2015). En effet, la prévalence des expériences négatives ou accouchements vécu comme traumatiques varie de 10% à 45%. Leurs conséquences sont durables : dépression du post-partum, anxiété, trouble de la relation mère-enfant, difficultés au sein du couple, peur, culpabilité, honte, voire état de stress post-traumatique (Chabbert et al., 2020). Dans ce contexte, les objectifs du projet visent à améliorer sensiblement le vécu de l’accouchement, à partir de la compréhension fine des processus à l’œuvre, puis la co-construction de nouvelles pratiques avec les équipes obstétricales du de la maternité du Centre Hospitalier Intercommunal de Poissy-Saint Germain (CHIPS), et dans la préparation de l’accouchement.

Le processus de maternalité engage des processus psycho-affectifs enclenchés par un phénomène biologique, la grossesse. Les changements se situent à la fois sur les plans biologique (transformation du corps), psychique et social. Ainsi, l’approche méthodologique adoptée est résolument pluridisciplinaire. Notre équipe de 5 chercheurs réunit les disciplines de la sociologie, la psychologie clinique, l’obstétrique, la maïeutique, l’interactionnisme symbolique, le comportement organisationnel et la pédopsychiatrie. Pour intégrer les apports de ces différents courants de recherche de manière féconde et rigoureuse, nous utilisons un cadre théorique intégratif issu de travaux particulièrement féconds sur la singularité du vivant (Benasayag, 2017).

Le pilotage du projet est double. D’une part, il est effectué par le groupe projet qui est composé de sage-femmes, obstétriciens, et psychologues, issus de tous les services de la maternité de Poissy. D’autre part, un comité scientifique permet de conforter ou réajuster la direction scientifique prise par le projet, ainsi que la dissémination de ses principaux résultats. 

D’une durée totale de 40 mois, le projet démarré à l’automne 2021 a marqué une étape importante le vendredi 23 septembre 2022 avec la tenue d’un séminaire réunissant chercheurs et équipes obstétricales de la maternité du CHIPS pour la présentation des premiers résultats.

Auteurs cités:

  • Aktas, S., Aydın R., The analysis of negative birth experiences of mothers: a qualitative study. J Reprod Infant Psychol 2019;37(2):176–92.
  • Chabbert, M. Le vécu de l’accouchement chez la femme: évaluation clinique, étude des facteurs de risque et de protection, et des conséquences sur l’état psychologique maternel, la relation conjugale et la relation mère-bébé. (Université de Paris, 2020).
  • Benasayag, M. La singularité du vivant. (Le Pommier, 2017).

La PASS Saint-Louis, observatoire de la haute fiabilité en Santé

De plus en plus de patients présentent des situations complexes, mal prises en charge par une médecine hyperspécialisée et un système de santé fragmenté par les clivages sanitaire-social, préventif-curatif, somatique-psychique, ville-hôpital et de soins primaires. 

Cette complexité est paroxystique dans les permanences d’accès aux soins de santé (PASS). 

Les PASS accueillent les personnes en situation de précarité qui cumulent souvent les vulnérabilités : errance, sans repère, isolement social, barrière de la langue… et présentant des situations médicales difficiles. Les causes de leur migration entrainant des pathologies parfois graves, souvent chroniques, troubles psychiques voire psychiatriques dus à leurs parcours d’exil. Les PASS sont donc confrontées à des situations particulièrement complexes et on comprend facilement l’enjeu consistant à examiner les innovations éventuelles qu’elles ont élaborées pour y faire face, et d’étudier la transférabilité de ces innovations à d’autres unités de soins.

Les organisations à devoir de haute fiabilité désignent une famille d’organisations confrontées à des environnements extrêmes, pour lesquels la moindre erreur peut devenir catastrophique. Ces organisations sont considérées comme des formes organisationnelles précurseurs dans la gestion d’environnements complexes. La théorie de la haute fiabilité organisationnelle a fait l’objet de nombreuses applications dans le domaine de la santé : sécurité des patients, compétences non techniques des soignants, culture organisationnelle des unités de soins. Si la mobilisation de ce champ théorique en France est peu répandue, il nous semble constituer un outil prometteur pour comprendre comment une unité de soins peut produire de l’intelligence collective, de la synergie de compétence pour répondre à une situation complexe.

Face au cumul de vulnérabilités observé chez les patients en situation de précarité, la PASS Saint Louis s’est adaptée pour construire une expertise de prise en charge des situations complexes. Ainsi elle a développé des outils de coordination médico-sociale des parcours complexes, des modalités de coopération pluri-professionnelle, une culture organisationnelle spécifique, qui semblent “enacter” les principes de la haute fiabilité. Le projet de recherche consiste donc à explorer l’hypothèse selon laquelle la PASS Saint Louis gère les situations médico-sociales complexes par l’application des principes de la haute fiabilité organisationnelle.

Ce projet n’a pas encore reçu de financement.

Measuring Sense-making Activity in the Operating Room during Crisis Situations

In 1999 the Institute of Medicine (IOM) released a report titled “To Err Is Human,” in which medical error was cited as the eighth leading cause of death in the United States (more than motor vehicle accidents, breast cancer, or AIDS), responsible for as many as 98,000 deaths annually1. The healthcare community was starting to become aware of the significance of organizational and human factors. In France, the Ministry of Health conducted a national survey on ‘serious unwanted events related to healthcare delivery in 2004 and 2009. It was found that in hospitals, 60% of such events could be connected to poor teamwork, especially ‘insufficient supervision,’ ‘insufficient communication,’ and ‘lack of quality culture’2

Since then, many studies have examined the non-technical skills of caregivers and have shown that poor communication and supervision were general features, as in French studies. Progressively, they also highlighted other traits such as lack of vigilance, varying degrees of attention, poor stress management skills, inappropriate leadership, and poor team work3–6.

Non-technical skills are especially crucial in ill-defined and rapidly evolving situations and when stakes are high. This is the case when a patient in the operating room starts desaturating, [add some examples] with no apparent reason, and when the first remediation actions show no improvement. The anesthesiologist, surgeon, and nurses must then share their perceptions of the situation, come up with interpretations, select the most plausible and take action before it is too late. In other words, the staff must address the questions “what is going on?” and “what should we do about it?”. A crisis in the operating room is essentially a matter of sense-making. Rarely was the problem seen and analyzed within the conceptual framework of sense-making7. The ultimate goal of our research program to which this study contributes is to create operational conditions appropriate for effective sense-making and train operating room staff to these processes. 

This research program started in 2020 and is conducted with the anesthesiology and intensive care department of Kremlin-Bicêtre Hospital.

Sense-making activity and situation ambiguity versus time

References:

  • 1. IOM. Institute of Medicine. To Err Is Human: Building a Safer Health System. In: To Err Is Human: Building a Safer Health System. ; 1999.
  • 2. Michel P, Minodier C, Lathelize M, et al. Enquete nationale sur les événements indesirables associés aux soins observés dans les établissements de santé. Dossiers Solidar santé. 2010;17.
  • 3. Sutcliffe KM, Lewton E, Rosenthal MM. Communication Failures: An Insidious Contributor to Medical Mishaps. Acad Med. 2004;79(2):186-194.
  • 4. Fletcher GCL, McGeorge P, Flin RH, Glavin RJ, Maran NJ. The role of non-technical skills in anesthesia: A review of current literature. Br J Anaesth. 2002;88(3):418-429. doi:10.1093/bja/88.3.418
  • 5. Mazzocco K, Petitti DB, Fong KT, et al. Surgical team behaviors and patient outcomes. Am J Surg. 2009;197(5):678-685. doi:10.1016/j.amjsurg.2008.03.002
  • 6. Vogus TJ, Sutcliffe KM, Weick KE. Enabling, Enacting, and Elaborating a Culture of Safety in Health Care Executive Overview. Acad Manag Perspect. 2010:60-77.

Valoriser l’humain dans la prise en soin en oncologie médicale

La prise en charge du cancer met en œuvre une médecine hyperspécialisée et protocolisée, et un système de santé fragmenté par les clivages sanitaire-social, préventif-curatif, somatique-psychique, ville-hôpital et de soins primaires. Ce faisant, elle tend à réduire les patients à leur processus physico-chimiques et tend à perdre de vue la singularité des individus et en particulier la dimension phénoménologique de nos corps, en ce qu’ils sont porteurs d’intentionnalité et de sens.

La pratique de l’oncologie vit un moment important, avec le développement simultané de l’arsenal des thérapies anticancéreuses coûteuses (Hofmarcher et al., 2020) et l’attention croissante portée à la valeur et à la qualité des protocoles de traitement appliqués. Cette évaluation est basée principalement sur des méthodes quantitatives, domaine de l’épidémiologie et des biostatistiques. Cependant, il existe une part croissante de l’intérêt accordée aux préférences des patients en oncologie, à leur expérience de vie et leur rapport au soin (Blayney et al., 2018; Rocque et al., 2017; Hannum et al., 2019).

Les Permanences d’Accès Aux Soins de Santé (PASS) accueillent des personnes en situation de précarité, le plus souvent caractérisée par un cumul de vulnérabilités (absence de prise en charge sociale, hébergement instable, difficultés financières, isolement, barrière de la langue…). Confrontées à des situations particulièrement complexes, elles ont développé des outils de coordination médico-sociale des parcours complexes, des modalités de coopération pluriprofessionnelle, une culture organisationnelle spécifique, qui font émerger une intelligence collective permettant une prise en charge plus globale des patients (Georges-Tarragano et al., 2014).

Cette approche apparaissant bénéfique dans les situations les plus complexes des patients atteints de cancer, il nous semble essentiel d’explorer la transférabilité de ce modèle d’organisation innovant initié à la PASS Saint-Louis à la prise en charge des patients atteints d’un cancer dans les situations hors du cadre de la grande précarité.
Ainsi, l’objectif principal du projet est de décrire et comprendre les processus psychiques, sociaux, organisationnels qui se déploient dans le parcours d’un patient atteint d’un cancer, au sein du système (patient+soignants) animé par les outils développés par la PASS Saint-Louis. On peut espérer que cet engagement immersif associée à des données quantitatives, conduisent non seulement à des prises en charge thérapeutiques plus adaptées pour les patients grâce à une vision plus large, mais aussi à un plus grand épanouissement personnel et à une moindre vulnérabilité à l’épuisement professionnel pour les soignants.

Ce projet n’a pas encore reçu de financement.

Auteurs cités:

  • Blayney, D. W., Simon, M. K., Podtschaske, B., Ramsey, S., Shyu, M., Lindquist, C., & Milstein, A. (2018). Critical lessons from high-value oncology practices. JAMA oncology, 4(2), 164-171.
  • Georges-Tarragano C, Tapié de Celeyran F, Platon J, Misset JL Décider en cancérologie dans les situations médicosociales complexes : les réunions de concertation pluriprofessionnelles médicosociales et éthiques à l’hôpital Saint-Louis de Paris Oncologie (2014) 16:55-62
  • Hannum, S. M., Dy, S. M., Smith, K. C., & Kamal, A. H. (2019). Proposed criteria for systematic evaluation of qualitative oncology research. Journal of oncology practice, 15(10), 523-529.
  • Hofmarcher, T., Lindgren, P., Wilking, N., & Jönsson, B. (2020). The cost of cancer in Europe 2018. European Journal of Cancer, 129, 41-49.
  • ROCQUE, Gabrielle B., PISU, Maria, JACKSON, Bradford E., et al. Resource use and Medicare costs during lay navigation for geriatric patients with cancer. JAMA oncology, 2017, vol. 3, no 6, p. 817-825.